La digestion est l’ensemble des phénomènes qui transforment les aliments que nous consommons en nutriments qui traversent notre paroi intestinale pour ensuite circuler dans le sang, être utilisés et éliminés.

Connaître le bon fonctionnement va nous permettre de comprendre nos problèmes, mais aussi de pouvoir agir à bon escient. Ainsi, on peut vous conseiller de dormir sur le côté gauche pour permettre de diminuer les reflux car l’embranchement œsophage / estomac est légèrement décalé sur le côté droit de l’estomac.

Avant de commencer,

Quelques notions importantes

Les aliments sont classés schématiquement en 3 grandes catégories :

  • les glucides, les sucres dont le glucose, le lactose, l’amidon font parties. C’est le carburant de notre corps ;
  • les lipides, le gras comme le beurre ou celui du jambon. Ils constituent nos stocks ainsi que nos cellules ;
  • Les protéines animales et végétales. Les briques indispensables à la construction de l’édifice.

Les nutriments. Le morceau de pain est un macronutriment. Il va être découpé, dégradé, en micronutriments, comme le glucose, qui seront alors assimilés puis utilisés.

Les enzymes permettent de dégrader les nutriments. Il en existe pour les 3 types d’aliments : la lactase pour dégrader le lactose, les lipases pour les lipides, les protéases pour les protéines…

Les vitamines. Ce sont des tous petits éléments que nous ne sommes pas capable de fabriquer, en général. Nous les retrouvons principalement dans la nourriture, comme la vitamine A, dans le beurre ou les œufs, mais aussi avec le soleil, pour la vitamine D. Elles sont indispensables et dès que leur taux diminue dans notre sang, tout un ensemble de maladies apparaissent : le scorbut avec la vitamine C, mais aussi la fatigue, les crampes, les maux de tête…

Les hormones : encore des petits éléments indispensables. Nous les fabriquons dans différentes parties de notre corps, par exemple le cerveau ou les intestins et elles servent à transmettre des informations sous formes chimiques. Elles sont complémentaires du système nerveux qui transmet une information essentiellement sous forme électrique. La grande différence est la rapidité de circulation de l’information. Les hormones circulent dans le sang, donc assez lentement par rapport à l’électricité qui est quasiment instantanée.

Les yeux, le nez et l’esprit

Se nourrir correctement passe en premier par les yeux, le nez et l’esprit. Nous avons tous salivé à l’avance devant un chocolat, un croissant, une côte de bœuf, ou simplement en pensant qu’il est bientôt l’heure de manger. En réalité, nous sommes en train de préparer notre corps à une des plus grande tâches de sa journée : manger. Le fait de saliver de manière importante va prévenir l’estomac et les intestins qu’il va falloir travailler prochainement, un peu comme une usine le matin : le premier entré allume les lumières et commence à faire chauffer les machines avant l’arrivée des ouvriers et des matières premières. Sur cette ligne de montage tout le monde est important. Si un seul maillon est défectueux, c’est l’ensemble de la chaîne qui verra son travail affecté. Pour nous, le moindre disfonctionnement se traduira immédiatement par : une mauvaise digestion, des douleurs stomacales…

 

La bouche

Deux actions simultanément ont lieu :

La première est mécanique. Nos dents vont casser les macronutriments pour commencer à réduire leur taille. La seconde est chimique. Notre salive contient, entre autres, des enzymes comme l’amylase qui a la particularité de digérer l’amidon, un sucre complexe contenu dans les végétaux. Cette amylase fonctionne uniquement dans la bouche, car l’intestin la détruit avec son acidité. Ne pas prendre le temps de mâcher correctement et suffisamment entraîne immédiatement une mauvaise digestion.

 

L’œsophage

Tube reliant la bouche à l’estomac, il possède deux systèmes de fermetures. Un pour séparer l’air des aliments et éviter les « fausses routes » qui sont des aliments passant dans les poumons. L’autre, un sphincter qui est un muscle, laisse passer le bol alimentaire et empêche les remontées d’acide de l’estomac. La hernie hiatale ou le reflux gastro œsophagien (RGO) font parties des maladies de l’œsophage et se situent au niveau de ce muscle.

Bouche et œsophage sont deux phases de transit assez rapides, l’ensemble prenant moins d’une minute en général.

 

L’estomac

Là aussi deux actions, mécanique et chimique, vont avoir lieu.

Le brassage des aliments se fait par des contractions liées à des mécanismes nerveux et hormonaux. Nos émotions, peur, anxiété perturbant le système nerveux central, il est important de manger dans un environnement calme.

Les cellules de notre estomac sécrètent 2 à 3 litres d’acide chlorhydrique par jour. Cet acide puissant :

  • stimule la production d’hormones qui vont favoriser la sécrétion de bile et de suc pancréatique,
  • dénature les protéines,
  • et tue, normalement, tous les germes que nous ingérons.

Sans acide de bonne qualité et en bonne quantité, nous allons droit vers les problèmes. On parle alors d’hypochlorhydrie et tous les médicaments anti-acide comme les IPP utilisés au long cours ont forcément une action néfaste.

Cette phase de la digestion dure entre 1 à 2 heures.

Les aliments prédigérés, appelés chyme, se dirigent ensuite dans notre intestin grêle qui est l’endroit clé de l’absorption des micronutriments. 90% de l’absorption y a lieu tout en faisant en permanence le tri avec les différentes toxines qui s’y trouvent

 

L’intestin grêle

Il mesure entre 5 à 7 mètres en fonction des individus et contient des villosités, des plis qui augmentent considérablement sa surface pour correspondre jusqu’à environ 1 000 m². Il a été divisé en 3 parties : le duodénum, le jéjunum et l’iléon. La partie supérieure ne contient quasiment pas de bactéries (si l’estomac a bien fait son travail), ces dernières se retrouverons uniquement à la fin, au niveau de l’iléon et de plus en plus en se rapprochant du côlon.

 

Le duodénum

Le foie, la vésicule biliaire et le pancréas y déversent un ensemble d’enzymes qui vont continuer la réduction des nutriments en micronutriments. Exactement, 2 hormones associées à l’action du parasympathique, un nerf du système nerveux central, stimulent le pancréas. Un liquide basifiant neutralisera l’acidité de l’estomac. Les enzymes vont tailler les macronutriments du départ en micronutriments assimilables

 

Le jéjunum et l’iléon

Les nutriments traversent ensuite la paroi de notre intestin et pourront après passage par le foie circuler dans le sang et alimenter toutes les cellules de notre corps en fonction de leur besoin. Mais nous ne devons pas laisser passer les intrus : bactéries, virus, parasites, aliments mal digérés… Pour notre protection, notre organisme a installé 80% des cellules du système immunitaire le long des intestins. En cas de défaillance nous trouverons à ce niveau des troubles de la perméabilité, des processus immunitaires déréglés provoquant les allergies, les réactions inflammatoires, et beaucoup d’autres choses !

Tous les nutriments non absorbés, ou les intrus, s’ajoutent aux cellules mortes de la paroi de notre intestin et vont poursuivre leur chemin et se transformer en matière fécale dans notre côlon.

La phase d’absorption de l’intestin grêle a une durée d’environ 4 à 5 heures.

 

Le côlon ou gros intestin

Mesurant 1,5 mètre environ, par une série de muscles il pousse les restes de la digestion jusqu’au rectum, lentement. Ce processus peut prendre plusieurs jours.

Pendant ce temps, nous allons avec l’aide de notre microbiote optimiser nos déchets en récupérant tout ce qui est possible. En premier il s’agit surtout de l’eau, et des 10% que l’intestin grêle n’a pas capté. Les selles vont commencer à se former, aussi grâce à la fermentation de notre écosystème bactérien. Ce petit monde est encore très peu connu, mais d’une importance capitale. Nos bactéries sont en effet capables de nous apporter des nutriments qu’elles vont élaborées à partir de nos déchets. Très vaste sujet, le microbiote est abordé dans un article spécifique.

Quand le côlon ne fonctionne pas correctement, un très grand nombre de maladie y est associé : la constipation et les diarrhées, le côlon irritable, la maladie de Crohn…

 

Le rectum

Le dernier lieu n’est pas à oublier ! Zone de stockage des selles, il est en fait composé de 2 muscles, des sphincters, qui ont la particularité d’être commandée par nos deux systèmes nerveux, conscient et inconscient. La défécation est d’abord une action réflexe. Bébé, nous avons besoin des couches puis nous apprenons à nous retenir. Un des axes à étudier lors des phases de constipation est la bonne coordination de ce double système nerveux, en plus des problématiques en amont.

 

Au total, quand tout va bien, le processus complet de la digestion a une durée normale comprise entre 24 et 48 heures.