Il est important de mettre en place un protocole pour traiter les acouphènes. Mais attention, aujourd’hui, rien n’existe pour les soigner. Je vous propose donc un protocole indirect que j’ai testé sur moi-même pour les éviter au maximum.

Ensuite, pourquoi se tourner vers des solutions naturelles ?

La première raison est l’absence actuelle de médicaments efficaces et sans effets secondaires.

De plus, personnellement, je refuse toutes les méthodes invasives, sauf extrême urgence. Je souhaite garder mon intégrité physique. Mais aussi, j’ai un souhait personnel depuis plusieurs années de me soigner par des méthodes naturelles, d’où ma reconversion professionnelle en tant que naturopathe.

Par ailleurs, les déclencheurs, que je cherche à éviter dans le cadre des acouphènes, sont multiples. Il nous faut donc des solutions ayant des actions larges. Les médicaments traditionnels ont une action très ciblée car un seul principe actif est présent. Les plantes quant à elles possèdent souvent plusieurs centaines de molécules différentes, elles sont alors tout à fait indiquées.

Un protocole 100% naturelles pour contrer les acouphènes

La mise en place de mon protocole

Ce protocole est le fruit de mes recherches qui ont duré plusieurs années. Bien sûr, la connaissance des plantes est primordiale, mais celle du fonctionnement du corps humain l’est tout autant : le système nerveux, la digestion, les hormones, les vitamines … Toujours en restant pratique, je teste sur moi-même tout ce que je peux trouver et toutes les idées que je peux avoir, comme des synergies spécifiques d’huiles essentielles, mais aussi l’utilisation des énergies.

Depuis le début de 2022, je propose ma méthode qui permet de diminuer les acouphènes, car elle me donne de bons résultats qui m’ont permis de retrouver une vie normale, même si je ne peux pas les stopper définitivement (je vous explique pourquoi à la fin de cet article).

Je suis passé d’un problème 7/7 à environ seulement 20% du temps avec des bruits. Je ne désespère pas, je vais de mieux en mieux et il est possible que dans un certain temps je sois totalement guéri.

En parallèle, je suis toujours actif à améliorer cette méthode. Je regarde les avancées au niveau des maladies neurodégénératives comme les maladies de Parkinson et d’Alzheimer, tant au niveau de la recherche pure sur la compréhension des mécanismes que sur les solutions apportées.

Améliorer sans cesse ses connaissances sur les acouphènes

J’ai donc une démarche innovante, avec un regard neuf.

Mon concept est d‘éviter d’avoir des acouphènes, en découvrant ce qui les déclenchent dans un premier temps, puis de favoriser l’auto réparation du corps. Plus notre santé sera bonne et moins nous risquerons d’avoir de bruit à l’intérieur de la tête.

L’auto réparation est une action connue et prouvée. Le meilleur exemple concerne l’intestin grêle. Il n’est composé que d’une seule couche de cellule, contrairement à la peau qui est un véritable millefeuille de cellules. Les cellules de l’intestin ont une durée de vie de quelques jours. Donc des cellules meurent tous les jours et sont automatiquement remplacées par d’autres. Ce remplacement rapide est la raison de l’efficacité des jeûnes pour restaurer la perméabilité de l’intestin dans le syndrome de l’intestin irritable (SII)

Classification des déclencheurs des acouphènes

A force de noter les raisons de mes sifflements, J’ai regroupé les déclencheurs des acouphènes dans plusieurs catégories :

  • Les infections
  • L’alimentation
  • La digestion
  • Le sommeil
  • L’aspect nerveux
  • Les problèmes périphériques

Chaque thématique doit être aborder afin d’en éliminer les causes déclenchantes. Faire un travail sur une seule n’est malheureusement pas suffisant.

Les infections

L’objectif est de ne plus être malade, surtout au niveau de la sphère ORL. En premier, résoudre les problèmes d’otites, de sinusites, … et de dents (pour moi, 8 mois de calvaire dentaire et acoustique à cause d’une carie mal soignée !). L’utilisation de l’aromathérapie est le premier levier : l’Arbre à thé, mais aussi l’Eucalyptus, le Ravintsara, le Giroflier. La pharmacie des plantes est tellement vaste à ce sujet que nous trouvons toujours une solution.

En second, la prévention est un pilier. Des techniques simples de lavage quotidien du nez sont à mettre en place, mais aussi la micro nutrition doit intervenir. L’alimentation ne nous apporte plus les nutriments nécessaire à notre quotidien, nous devons utiliser des compléments alimentaires. Les vitamines C et D sont en premier plan.

Les infections provoquent des acouphènes

Pourquoi utiliser des compléments alimentaires ? Un exemple, on estime qu’une pomme dans les années 1960 apportait 400 mg de vitamine C, et qu’aujourd’hui elle apporte seulement environ 40 mg. Sachant qu’un adulte en bonne santé a besoin d’environ 800 mg par jour et qu’en cas de maladie ce taux passe à 3000 mg, le choix est vite fait.

Je vous communiquerai les quantités exacts à prendre, avec des exemples de fabricants.

Il est possible de diminuer sa consommation de compléments alimentaires en ayant une bonne alimentation. Néanmoins, notre mode de vie moderne est compliqué et ne le permet pas avec facilité.

L’alimentation

Une remise à niveau

D’un côté, nous venons de découvrir la pauvreté de nos aliments, de l’autre des problématiques alimentaires subsistent comme les carences et les déséquilibres alimentaires. Pour y remédier, il faut mettre en place :

  • Une alimentation saine : les produits doivent avoir la meilleure qualité en fonction de ses possibilités et, surtout les produits industriels sont à supprimer. Prendre le temps de cuisiner devient indispensable;
  • Une alimentation équilibrée : nos besoins journaliers sont variés car nous sommes des omnivores. Nous devons manger de tout et avec une quantité en adéquation avec notre activité. Le sportif n’a pas les mêmes besoins que l’ouvrier sur un chantier, ou la grande majorité des personnes qui travaillent assis toute la journée face à un ordinateur.
Une alimentation saine aide à éviter l'apparition des acouphènes

Je vous proposerai les bases d’une alimentation que nous pouvons mettre en place en France selon nos habitudes culinaires.

Personne n’aime le changement, il n’est donc pas réaliste de vouloir tout changer du jour au lendemain, il faut progresser au fur et à mesure par des modifications. Par contre, plus le problème des acouphènes est important, plus les actions correctrices devront être importantes et rapides pour commencer à retrouver une meilleure qualité de vie le plus vite possible.

Une alimentation spécifique

En même temps, une alimentation spécifique est à instaurer. J’ai identifier certaines substances qui me provoquent des acouphènes. Il faudra vérifier par des tests d’élimination et de réintroduction quelles sont les substances qui les provoquent chez vous. L’exemple type est celui du gluten. Au début j’avais un problème très strict, il me fallait réellement du zéro gluten en permanence. Aujourd’hui je peux le supporter en petite quantité car j’ai résolu mes problèmes digestifs. Donc il y a une évolution à prendre en compte, et rien n’est figé.

Cette alimentation spécifique, qui recherche les intolérances et les hypersensibilités, est plus une modification de vos habitudes qu’un régime. Elle est totalement sur mesure en fonction de chacun et elle est évolutive. Pour une plus grande facilité au quotidien il est préférable d’en informer ses proches.

Une bonne nouvelle, en suivant ces recommandations vous perdrez du poids sans vous en rendre compte !

Les problèmes digestifs

Les troubles de la digestion ne sont jamais pris en considération lors des acouphènes. Pourtant, mes acouphènes ont commencé à diminuer le jour où mes problèmes digestifs ont diminué. Des relations existent entre les 2, comme les chercheurs le découvre dans la maladie de Parkinson.

De plus, nous avons tous des problèmes de digestion : reflux, ballonnements, maux de ventre, constipation, diarrhées, mais aussi le surpoids.

Eviter les troubles digestifs pour éviter les acouphènes

Ainsi, si vous avez des problèmes de constipation, par exemple, cela peut entrainer une mauvaise réabsorption de l’eau mais aussi un manque en vitamine K qui est indispensable à la coagulation sanguine. Aucun rapport avec les acouphènes ? Impossible à dire, cependant parfois je ressens, quand j’ai des sifflements, une tension au niveau de ma circulation sanguine cérébrale. Ce phénomène est compliqué à expliquer. Comme circulation et coagulation sanguine sont proches, il est préférable de traiter, nous ne pourrons que mieux nous porter.

Le sujet des troubles digestifs est immense. Une de mes hypothèses est la possibilité d’une accumulation des toxines dans l’organisme. Les cures de détox sont donc à l’honneur et jouent un rôle de premier plan.

En fonction de chacun un protocole particulier est mis en place là aussi.

Le sommeil

Nos bruits, comme les sifflements, les bourdonnements, les chuintements… nous empêchent de dormir avec évidence.

Et à l’envers aussi, dès que je dors mal, le matin j’ai systématiquement des acouphènes. De plus il est prouvé que le sommeil permet de réparer notre organisme au quotidien.

Je sais que j’ai besoin désormais d’un temps important de sommeil. Avant, je pouvais dormir uniquement 4 à 5 heures et repartir le lendemain, frais et dispo. Depuis les acouphènes, il me faut un minimum de 8h00 et avec une bonne qualité.

  • La qualité du sommeil : un sommeil réparateur est un sommeil naturel. Donc, les somnifères sont à proscrire car ils perturbent le cycle.
  • La quantité : elle est en fonction de chacun. J’ai besoin de 8h00 effectives toutes les nuits. Néanmoins, il est difficile d’y arriver systématiquement, alors parfois en milieu de semaine, je me couche de bonne heure pour compenser.
Bien dormir permet d'éviter de déclencher des acouphènes

Mes astuces pour retrouver un sommeil naturel, l’utilisation des plantes qui ont des effets sédatifs ou calmants. Le pavot de Californie ou le Coquelicot, par exemple. L’action n’est pas toujours immédiate, un temps de latence est nécessaire, comme avec tous les traitements à base de plantes. Je vous proposerai toutes les solutions, ensuite c’est surtout une question de dosage selon la manière dont nous réagissons.

Une autre de mes astuces, la pratique de la cohérence cardiaque qui est une très bonne méthode pour synchroniser correctement son organisme. Il faut pratiquer régulièrement pendant au moins 3 semaines pour obtenir des résultats significatifs.

L’aspect nerveux

Avec certitude, ce chapitre est le plus compliqué de tous. Une rapide explication du fonctionnement de notre système nerveux est indispensable.

Il est divisé en 2 parties : le système nerveux orthosympathique et le parasympathique.

  • L’orthosympathique (ortho) est celui qui nous fait réagir vite. Quand il y a un danger, c’est lui qui agit pour nous mettre à courir;
  • Le parasympathique (para) nous endort après un bon repas.

Chacun a une action différente, mais en plus, nous pouvons agir en plus ou moins, sur chacun. Ils vont donc avoir des effets inverses mais aussi cumulés. Par exemple en diminuant l’activité de l’ortho mais en augmentant l’activité du para nous auront une plus grande tendance à l’endormissement.

Les acouphènes ont une origine nerveuse ?

Pour compliquer le système, notre volonté peut agir sur l’ortho. Je bouge mon doigt grâce à l’impulsion nerveuse consciente qui va contracter mes muscles. En opposition, nous n’avons aucune action sur le para. Les contractions de notre estomac qui provoquent les gargouillis se font totalement sans notre avis. On parle alors de système nerveux végétatif ou autonome (SNA).

Pour terminer, le système nerveux fonctionne avec des impulsions électriques, mais aussi avec des médiateurs chimiques. Nous pouvons donc influencer la réaction nerveuse :

  • Avec des stimulations électriques, comme avec les appareils des kinésithérapeutes;
  • Avec des molécules chimiques, comme certaines plantes, médicaments ou drogue, par exemple la cocaïne qui est extraite de la feuille de coca.

Un avantage de notre évolution technologique est le fait d’avoir classifié certaines plantes en fonction de leur capacité à augmenter ou à diminuer l’ortho et/ou le para. La valériane est ainsi ortho et parasympatholytique. Elle diminue les 2 activités nerveuses et nous aident donc à mieux nous endormir.

Concernant les acouphènes, en fonction de votre profil, certaines plantes seront donc plus adaptées que d’autres.

La complexité, car avec les acouphènes rien n’est simple, réside dans le changement permanent de nos émotions et de notre environnement. Cet ensemble influence en permanence notre état nerveux et nous devons le gérer pour maitriser nos bruits.

Les plantes nous aideront dans cette partie, mais pas uniquement. Des exercices de respirations, de l’acupression sont faciles à mettre en œuvre et donnent de bons résultats. L’acupression consiste à utiliser des points d’acupuncture qui agissent sur la gestion de notre énergie. Il est possible aussi d’utiliser les huiles essentielles sur ces points précis pour en augmenter l’efficacité.

Les problèmes périphériques

Des problématiques plus ou moins importantes sont aussi éventuellement à traiter :

  • Cutanées
  • Hormonales
  • Veineuses
  • La pratique d’exercices physiques

Les troubles cutanées

L’état de notre peau reflète notre état intérieur. En naturopathie, quand une détox est mise en place, nous voyons parfois apparaitre des boutons, des plaques rouges … avec plus ou moins de démangeaisons.

L'état de notre peau reflète notre état intérieur

Le corps cherche à éliminer ses toxines, et la peau est une voie possible. Ce processus normal peut être dérangeant.

Les variations hormonales

Pour les femmes, certaines ont des variations de leurs acouphènes en fonction de l’évolution de leur cycle. Les hommes ne sont pas oubliés avec l’andropause.

Nous pouvons aussi avoir par exemple des bouffées de chaleur ou des périodes de froids qui sont liées aussi à des problèmes hormonaux en provenance de la thyroïde.

Pour les femmes, la sauge sclarée est incontournable, pour les hommes j’utilise plus le romarin à verbénone.

Les troubles de la circulation et les acouphènes pulsatiles

Les acouphènes pulsatiles donnent un bruit qui correspond aux battements de notre cœur. Je les ai très souvent le matin, juste avant de me lever. Le problème semblerait liée à notre circulation sanguine. Les prescription de Ginkgo biloba y répondrait pour certains. Pour moi, je préfère d’autres plantes, le Ginkgo n’ayant aucun effet.

Les exercices physiques

Très simple, mais très compliqué avec notre mode de vie moderne. Notre corps est fait pour bouger, malheureusement, bien souvent nous restons sédentaires.

J’ai remarqué une augmentation de mes sifflements quand je pratique un sport trop intensément. A l’inverse, si je ne bouge plus, dés le moindre effort, des courbatures apparaitront et les acouphènes aussi.

Néanmoins, après un temps d’adaptation, il me semble que la pratique régulière d’exercices physiques adaptés ne provoque plus d’acouphènes.

A chacun de trouver son équilibre pour adapter ses propres exercices physiques.

Un protocole spécifique

J’utilise aussi le micro courant pour réguler mon activité nerveuse. Cette technique ne ressemble pas à de l’électrostimulation que vous pouvez réaliser chez un kinésithérapeute. En effet le courant mis en œuvre est 1000 fois plus faible qu’avec une électrostimulation classique.

Le principe a été mis au point à partir des recherches qui ont abouti au prix Nobel de médecine de 1991. Il est basé sur la circulation permanente d’un micro courant dans l’ensemble de nos cellules et non uniquement au niveau du système nerveux.

Comme l’ensemble de mon protocole, j’ai testé personnellement cet appareillage qui me donne de bons résultats. Comme le reste, lui seul n’a aucun effet, car rien n’agit directement sur les acouphènes, seul l’ensemble est efficace.

Les résultats

Une diminution des acouphènes, oui, jusqu’où, difficile à dire car 2 points sont à prendre en ligne de compte :

  • Nous restons des humains, avec nos faiblesses. Je suis parti en vacances avec mon épouse qui n’a pas de problèmes d’acouphènes. Nous en avons profiter pour manger plusieurs fois de suite aux restaurants. Très agréable mais pas franchement bon pour mes oreilles. Par moments faire attention devient très compliqué et « on en a ras le bol ». Il faut savoir relâcher de temps en temps et accepter.
  • L’aspect nerveux est le plus compliqué à gérer et sur lequel nous avons le moins de prise. La folie de la vie quotidienne, des soucis avec ses enfants ou ses parents, son travail, sans oublier les pandémies et les guerres, il y a en permanence des sources génératrices d’angoisses et de stress et donc d’acouphènes.

Un mieux être certain et incontestable sera obtenu. Mais des crises passagères peuvent subvenir en raison de l’aspect nerveux. Quand elles apparaissent, une de mes méthodes est de penser aux jours précédents qui ont été agréables et de savoir que dans quelques heures je retrouverai le calme.

Par ailleurs, d’autres techniques existent, mais je ne les utilisent pas. Je ne suis pas contre mais sur moi soit les résultats ont été décevant, soit je n’ai pas les compétences pour vous les transmettre. Exemple avec l’hypnose, la méditation.

Le cas particulier des bruits blancs, des roses… qui sont très à la mode. Pour moi, aucune efficacité. De plus, je trouve contre productif le fait de rajouter un bruit sur du bruit. Je préfère le silence accompagné d’une activité non intellectuelle le plus simple possible. Ensuite une musique douce, comme du jazz, avec un volume très bas me convient parfaitement.

Ma proposition

Ce protocole est récent, et vous venez de le lire au complet. Je vous en remercie.

Je vous propose de le mettre en place ensemble.

Mon protocole pour vous aider à maitriser vos acouphènes

Comment ? En premier, vous me téléphonez et nous en discutons ensemble. C’est sans engagement de votre part.

Vous allez me poser toutes les questions que vous souhaitez, et j’y répondrai avec bienveillance. Ensuite je vous poserai aussi des questions, pour vous connaitre mieux et savoir où vous en êtes.

Après, en fonction de cet entretien, plusieurs consultations seront à prévoir. Combien, je ne peux pas m’engager car cela va dépendre de vous et surtout de votre état de santé global. Cependant, 2 à 3 consultations seront à prévoir, mais étaler dans le temps, sur plusieurs mois.

En effet, par exemple pour le côté alimentaire, mettre en place de nouvelles habitudes ne se fait pas en 1 semaine. Par ailleurs, des ajustements sont à prévoir, et je ne vous laisse pas seul. Nous communiquerons, en général par mail, pour les mettre en place et valider l’avancement de cette procédure.

C’est un chemin que je vous propose de prendre ensemble, qui n’est pas simple, mais qui vous permettra de retrouver une meilleure qualité de vie.

En vous souhaitant, un bon courage,

Amicalement,

Luc