Pour diminuer ses acouphènes, une possibilité est d’éviter de les déclencher.

Pourquoi envisager une telle solution ?

Parce qu’aujourd’hui avec les acouphènes ce qui sûr et certain : il n’y a aucun traitement.

Alors, éviter de les déclencher, Je sais, simple à dire, mais pas facile à réaliser. Mais avant de vous expliquer, revenons sur les traitements.

Les traitements contre les acouphènes

Aucun traitement n’existe à ce jour. Quand vous avez une crise, le bruit est là et rien ne peut l’arrêter.

J’ai testé pour vous, quand j’ai un bruit d’enfer entre les oreilles, rien ne me calme : aucune pommade, ni crème, médicaments, ni les huiles essentielles …

Je suis honnête, je n’ai pas de solution pour vous à ce niveau là. Mais, en toute logique plusieurs questions peuvent se poser

  • Pourquoi rien ne fonctionne ?
  • Quelles sont les raisons qui font que d’un coup, on a des acouphènes ?
  • Et aussi, il est important de savoir comment ils disparaissent ?

A toutes les questions, la réponse est la variété !

Là encore cela parait simple, mais il suffit de discuter avec des personnes qui ont des acouphènes :

  • J’ai des otites ;
  • Quand je suis fatigué, c’est terrible ;
  • Si je me réveille trop vite ;
  • A table il faut que j’évite le soja ;

La liste serait trop longue, mais le résultat est le suivant, les phénomènes déclencheurs des acouphènes sont très différents les uns des autres.

Donc, si je soigne uniquement mon otite, mais que je ne fais rien contre la fatigue et le soja, je ne serai pas efficace et mes acouphènes continueront.

Et la réponse de dire que les otites n’ont aucune relation avec les acouphènes ne se justifie pas non plus.

Prendre un médicament pour les otites sera une bonne chose, mais ce n’est pas suffisant. La réponse ne peut être que global : les otites, la fatigue, le soja… En naturopathie on emploi le terme holistique, car nous allons regarder la globalité.

Eviter les acouphènes

Toujours à force de discuter avec des personnes qui ont des acouphènes, mais aussi en étudiant les miens, j’ai constaté que nous pouvons classer les déclencheurs en quelques familles :

  1. En premier, avec évidence, les infections. Toutes les infections sont à prendre en ligne de compte. ORL, mais aussi digestives, cutanées…
  2. L’alimentation en retirant tous les problèmes d’intolérance, et en équilibrant ses repas ;
  3. La digestion vient forcément après l’alimentation, car comme le fonctionnement n’est pas optimum, il faut remettre en état son foie, ses intestins…
  4. L’aspect nerveux / psychologique / sommeil, reste un point compliqué car plus subjectif. Mais comme notre maladie est uniquement dans notre tête, cela va bien avec.
  5. Les problèmes périphériques comme l’exercice physique, l’équilibre hormonal.

Mon protocole pour les éviter les acouphènes se base sur ces différents points, et comme nous sommes un tout, agir d’un côté va aider de l’autre. Cependant, l’inconvénient reste qu’il est difficile d’expliquer le résultat, que se soit dans un sens ou dans un autre.

Les infections et les acouphènes

Je trouve étonnant le nombre de personnes qui ont des problèmes d’otites, de sinusites, de maux de gorge … Toute la sphère ORL doit être impeccable. La base est en premier lieu d’utiliser la prévention en ayant une bonne réponse immunitaire. La complémentation est obligatoire en raison de la pauvreté des aliments que nous consommons. La vitamine C est le porte drapeau, mais il en faudra d’autres.

Et, même en faisant attention, nous ne sommes pas complétement à l’abri. En 2020, je me suis fait piqué sur une jambe, par une araignée, pendant une nuit. La réaction inflammatoire était très nette. J’ai eu un gros bouton, tout rouge avec au centre les 2 petits trous caractéristiques, et les démangeaisons qui vont avec. Les oreilles n’ont pas tardé à se mettre à siffler à toute vapeur, et pendant 5 jours d’affilée.

Une araignée en me piquant m'a déclenché des acouphènes

Une telle infection va se traiter avec des antibiotiques classiquement. Malheureusement ils ont la mauvaise habitude de détruire aussi notre microbiote. Les problèmes digestifs sont très importants avec les acouphènes, la solution à l’infection passera par l’utilisation des huiles essentielles, en local, qui sont très performantes dans ces cas.

L’alimentation pour éviter les acouphènes

Pour moi c’est une base avec la qualité de la digestion. C’est effectivement avec la modification de mon alimentation et la réparation de mes troubles digestifs que mes acouphènes ont commencé à diminuer.

En effet, mes acouphènes étaient du type cocotte-minute, en continu 7 jours sur 7. Mais pour régler mes problèmes digestifs, nous avons du modifier notre alimentation. Je dis nous, car un tel problème ne peut se résoudre sans le consentement du conjoint. L’objectif est de passer à une alimentation avec le moins possible de toxines, mais aussi de supprimer tout ce qui peut déclencher les acouphènes.

Prendre un repas avec des amis sans avoir d'acouphène

L’alimentation hypo toxique

Les connaissances nutritionnelles actuelles vont nous permettre de doser au plus juste nos repas. Cependant le but est d’avoir du plaisir en mangeant, et non de passer son temps à peser des aliments, compter des calories et de se priver.

Vous bénéficierez de toute mon expérience. En effet, à force de tester, on se rapproche bien évidement d’un régime du type du docteur Seignalet, mais pas complétement. Le but est de trouver pour chacun l’alimentation idéal en fonction de ses besoins et de ses possibilités.

Les aliments qui évitent les acouphènes

Plus exactement, nous allons surtout chercher ceux qui les provoquent et ne plus consommer ces aliments spécifiquement.

Nous rentrons essentiellement dans les processus d’allergie, d’hypersensibilité et d’intolérance alimentaire. La méthode est assez fastidieuse. Il faut noter d’un côté tout ce que nous mangeons avec précision, et de l’autre avec une échelle de 1 à 10 l’intensité des acouphènes. Cette notion, par ailleurs reste tout à fait personnelle. Ensuite par recoupement, nous allons déterminer ce qu’il faut retirer et ce que vous pouvez supporter.

Il faudra donc tenir rigoureusement un cahier alimentaire. De plus, pour démarrer, vous pouvez d’ors et déjà éliminer le gluten. Même si vous n’avez pas de sensibilités avérées à ce constituant, il faut mettre toutes les chances de notre côté. De plus il est un facteur important des différents troubles de la digestion.

Les troubles de la digestion

Dans les causes probables de très nombreuses maladies, nous trouvons fréquemment les problèmes digestifs. Quand je me suis occupé des miens, suite à mon intoxication alimentaire, mes acouphènes ont diminués.

Eviter les troubles digestifs pour éviter les acouphènes

D’ailleurs, après un repas trop copieux, si je ne suis pas prévoyant au démarrage, je sais que je vais déclencher une crise, peu de temps après. J’ai une digestion qui est alors difficile. Pour moi, toujours par recoupement, les principaux responsables sont les graisses.

Résoudre tous ces problèmes est donc un des chemins à suivre. Il commence au niveau de la bouche pour finir à celui du rectum avec la constipation et les diarrhées. Comme le sujet est vaste, j’ai décidé de m’y spécialisé. Vous pouvez consulter mon site de naturopathie www.luc-marcia.fr

Eviter les acouphènes en maitrisant ses nerfs

Il s’agit de la partie la plus compliquée. Empêcher les rhumes et suivre des règles d’alimentation restent simples à mettre en place. Par contre la gestion du stress, de l’anxiété … est bien moins évidente. Le travail, sa famille et ses amis, les guerres dans le monde, le climat, sans oublier les pandémies sont des raisons suffisantes pour mettre nos nerfs à rudes épreuves.

Là aussi, j’ai constaté une nette augmentation de mes acouphènes dans des périodes stressantes. Pourtant je ne suis pas spécialement un grand nerveux, mais, comme nous le disons tous, la pression peut monter de temps en temps. J’utilise quelques plantes régulièrement, comme le bigaradier, pour les éviter.

Par ailleurs, l’aspect psychologique joue un rôle qui n’est pas négligeable. En effet, tout seul, sans aucune intervention extérieure, il est possible de faire monter cette fameuse pression.

Pour agir, l’utilisation des anti-dépresseurs ou des anxiolytique n’est pas adaptée. Bien souvent il s’agit du premier traitement donné. Paradoxalement, l’action n’est pas sur les acouphènes en eux-mêmes, mais en prévention de la dépression qui s’installe. Les problèmes qui en résultent, sont la dépendance et les effets secondaires qui peuvent entre-autre provoquer des troubles de la digestion. Et là, retour à la case départ : où est l’intérêt ?

Les solutions naturelles s’imposent alors pour éviter tous ces effets secondaires nocifs. Heureusement pour nous, il en existe de très nombreuses : les plantes, mais aussi la respiration, la méditation… Il faut apprendre à se connaitre et, savoir ce qui fonctionne sur soi.

Les problèmes périphériques

En fonction de chacun, ils peuvent prendre différentes formes. Il faut les identifier. Je vous en propose néanmoins 2 exemples :

  1. L’exercice physique. Il est indispensable, mais comme toujours, en fonction de chacun. Vous devez connaitre vos possibilités et vos limites. Si vous en faites trop, cela déclenche les acouphènes. Si vous n’en faites pas assez cela déclenche les acouphènes, aussi. Notre corps est fait pour bouger, et non pour rester assis toute une journée, ou se balader en trottinette électrique. Mais nous avons aussi besoin de repos.
  2. L’équilibre hormonal. Les nerfs ont une composantes électriques importantes. Mais les terminaisons nerveuses, qui sont appelées des synapses, fonctionnent avec des messagers chimiques, les neurotransmetteurs. Nos hormones peuvent intervenir à différents stades pour en modifier l’action. Certaines femmes notent ainsi des variations en fonction de la période de leurs cycles.

Eviter et réparer

Eviter de provoquer les acouphènes est donc possible en agissant sur l’ensemble des facteurs déclenchants.

Si vous avez du bruit 24 heures sur 24, comme moi il y a quelques années, vous obtiendrez un résultat assez rapidement, et enfin un soulagement !

Ensuite, il faut rester déterminer pour les diminuer de plus en plus. Mais il reste des périodes de haut et de bas à gérer.

En dernier, la réparation permettra d’obtenir de la pérennité dans les résultats.

  • Dans les problèmes digestifs, le passage obligé concerne, par exemple, de remettre en place l’intégrité de la membrane de l’intestin.
  • Les carences alimentaires sont les plus faciles à traiter grâce à l’utilisation des compléments alimentaires
  • Au niveau nerveux, il est constaté aujourd’hui une auto réparation. Les mécanismes en cause n’en sont pas toujours expliqués malheureusement. Mes résultats personnels avec de la micro stimulation sont néanmoins encourageants.

Les solutions existent. A nous de les exploiter !